Calcification d'un tendon de la coiffe des rotateurs
&edsp;Il s’agit d’un dépôt calcique (cristaux d’hydroxy-apatite) intra-tendineux.
- Pathologie bénigne, d’étiologie inconnue.
- Ces calcifications atteignent le plus souvent les femmes, de moins de 50 ans et sont parfois bilatérales.&edsp;
1. Circonstances de découverte
• Soit au cours d’une douleur aiguë, brutale, nocturne et diurne responsable d’une épaule « bloquée » .
• Soit au cours de douleurs chroniques lancinantes de l’épaule.
• Soit au cours d’une radiographie standard de l’épaule alors que les calcifications étaient asymptomatiques.

Ces douleurs sont liées à une pression intra-tendineuse lors de l’apparition de la calcification et la phase de constitution, parfois aussi à un conflit avec l’acromion si la calcification est volumineuse créant secondairement une bursite inflammatoire.



2. Histoire naturelle des calcifications
Ces calcifications sont susceptibles de disparaître spontanément selon un cycle naturel évolutif comportant 3 phases :

« métaplasie calcifiante tendineuse » correspondant à la transformation calcique d’un tendon normal ; c’est une phase indolore.
« constitution ou de formation » correspondant à l’augmentation de volume du dépôt calcique à l’origine d’une douleur.
« cicatrisation tendineuse ou résorption » correspondant à la grande crise hyperalgique aiguë très douloureuse aboutissant après quelques jours à une sédation définitive des douleurs.

La majorité des calcifications disparaissent spontanément dans un délais qui varie de 6 à 18 mois. Les récidives sont exceptionnelles après la guérison. Il est possible de suivre l’évolution vers une guérison par l’aspect radiographique. L’aspect homogène à contours nets de la calcification se transforme en aspect inhomogène à contours flous, irréguliers avant de constater une disparition complète de la calcification.



3. Quel examen complémentaire demander pour en faire le diagnostic ?
Des clichés radiographiques standards (face avec trois rotations, externe, interne et neutre, et profil de la coiffe des rotateurs)permettent d’individualiser trois variétés de calcifications ainsi que le stade évolutif utile pour la décision thérapeutique.

- Calcifications type A : denses, homogènes, unilobées à contours nets.
- Calcifications type B : denses, homogènes, multilobées à contours nets.
- Calcifications type C : nuageuses, inhomogènes, à contours flous envahissant le tendon.

Le siège de la calcification est dans 80 % des cas au niveau du sus épineux, 15 % au niveau de l’infra-épineux et 5 % au niveau du sous-scapulaire. Le profil axillaire permet de faciliter le diagnostic des calcifications du sous scapulaire.
Les radiographies permettent aussi d’analyser l’aspect de l’acromion et de mesurer l’espace entre l’acromion et le trochiter assez souvent diminué dans les calcifications type C.
Les lésions associées sont exceptionnelles et donc arthrographie, scanner et IRM nous semblent inutiles.



4. Quel traitement proposer ?
3 méthodes thérapeutiques sont proposées en fonction et de la durée des douleurs et du type de calcification

  •  Médical 
  •  Ponction sous contrôle radiographique 
  •  Exerese sous arthroscopie


  • Avant 12 à 18 mois par rapport au début des douleurs :
    Il sera toujours médical puisque la calcification peut naturellement disparaître spontanément. Dans la phase aiguë très douloureuse : repos (attelle soutenant le membre supérieur) pendant 2 à 3 jours, anti-inflammatoires, antalgiques et éventuellement si la crise est hyperalgique une infiltration sous acromiale sous contrôle radiographique. Une rééducation douce sera entreprise secondairement après la phase douloureuse passée pour récupérer une épaule souple et éviter tout enraidissement de l’épaule.

    Apres 12 à 18 mois par rapport au début des douleurs :
    1) Si la calcification est homogène, à contours nets parfaitement régulière et située au niveau de l’insertion du sus-épineux (calcification type A) avec un acromion plat ; Il s’agit pour nous de l’indication d’un traitement par ponction aspiration effectuée par un radiologue sous contrôle radiographique. (schéma)
    2) En cas d’échec d’une ponction d’une calcification type A ou en cas de calcifications type B nous préférons réaliser sous arthroscopie une exérèse des ces calcifications.
    3) Dans les calcifications type C où il existe un conflit entre le tendon et l’acromion souvent relativement évident, à l’exérèse de la calcification sous arthroscopie est associée une acromioplastie.

    L’arthroscopie est une Intervention chirurgicale nécessitant 24 heures d’hospitalisation sous anesthésie de l’épaule complétée par une anesthésie générale dans un intérêt de confort. Les incisions postérieure et externe permettent à la fois l’introduction de l’arthroscope dans l’espace sous acromial pour visualiser la calcification et l’introduction à la fois d’un bistouri pour ouvrir le tendon et d’une curette pour réaliser l’évacuation de la calcification.
    Les suites post-opératoires sont marquées par une attelle maintenant le membre supérieur 48 heures et une rééducation faite par le patient lui-même immédiatement sous forme de rééducation pendulaire et élévation passive dans le plan de l’omoplate associée à une quinzaine de séances de rééducation avec un kinésithérapeute spécialisé. 45 jours est une durée nécessaire pour une disparition complète des symptômes.
    En cas d’acromioplastie associée , les suites sont alors un petit peu plus longues car il est nécessaire que le tendon cicatrise et souvent deux ou trois mois sont utiles pour une guérison définitive associant auto-rééducation et rééducation avec un kinésithérapeute.

    Ces traitements permettent une guérison définitive et sans récidive. Une cédation incomplete des douleurs peut etre due à la persistance (exerese incomplete) de calcifications sur les clichés radiographiques de contrôle à 3 mois.